• Afrique   -   Shumpaga et Crisba : 02 carrières différentes… mais un point commun
    04
    Sep 2019
    Posté par Ariel Mittag   -   dans Afrique   -   Aucun commentaires

    Fébrilement, le public a été informé : Shumpaga et Crisba collaborent sur un single. Évidemment, un tel projet conforte dans l’idée que la nouvelle génération reste solidaire ; elle s’entraide. Mais avant qu’une telle sortie se fasse, savez-vous que Shumpaga et Crisba ont un point en commun, en dépit des apparences ?

    02 points de différence

    Shumpaga et Crisba se présentent tous deux comme des artistes atypiques. Le maniement du verbe, la diction, la polyvalence, le flow, la rime… chacun d’eux explore son univers avec une touche particulière. Ce qui saute aux yeux ? Rassurez-vous, on ne parlera pas de leur coiffure. Il s’agit plutôt du registre linguistique des deux. Alors que Crisba chante et rappe essentiellement en fon-gbé, signe de son identité culturelle, Shumpaga mène ses sorties en français. Il aligne rarement et très peu de vers en fon. Une différence fondamentale.

    La seconde dissemblance réside au niveau de leur label. Tandis que Crisba se trouve pour ainsi dire en indépendant, fondateur de son label 229 Wèla, Shumpaga se classe parmi les artistes de Davibe Music, le label de Jupiter Davibe. Par conséquent, une collaboration entre eux se présente comme une confrontation entre « l’indépendant » et le « sous contrat de production. » Qui des deux pourra le plus accrocher l’attention ?

    …et pourtant, ils ont un point en commun

    C’est vrai, des différences fondamentales existent entre Shumpaga et Crisba. Néanmoins, il existe un point vers lequel converge leur carrière. L’un comme l’autre sait se positionner sous les projecteurs, y rester et maintenir l’audience. Shumpaga, revenu de l’âge d’or (il est un ancien membre du groupe Revers), a lancé les ShumpagaStyle. Grâce à ce projet audacieux, il s’est présenté au public. Et depuis, on ne l’oublie pas.

    Quid de Crisba ? Quand on remonte le temps à 5 ou 7 ans en arrière, rien ne semblait présager de l’évolution énorme de sa carrière. Ce jeune rappeur désœuvré, cherchant une audience à coup de vannes sur les réseaux sociaux, est finalement devenu un mastodonte de la musique urbaine par ici. Dites Crisba à côté d’un enfant. Il répondra : « Danhomey Boy », ou « Harmattan ko bè », ou « Zo », ou encore « Bia vivi hou coca ».

    On en revient donc au point de départ : Shumpaga et Crisba, deux artistes au parcours différent, mais présentant des similitudes. Leur collaboration n’en sera que plus savoureuse.

    Lu 390 fois
      



    Aucun commentaires

    Poster un commentaire

    Nom *
    Email *
    Commentaire *

    DANS LA MEME CATEGORIE


    Voluncorp © 2011-2018. Tous Droits Réservé
    Powered by The Ring Concept
    0:00
    0:00